Expertise 28.04.21

Sécurité et santé au travail : comment lutter contre les conséquences négatives de la crise sanitaire ?

A l’occasion de la journée internationale de la sécurité et de la santé au travail, Frédéric Dupraz et Matthieu Rolin, co-gérants de la stratégie Thematics Safety chez Thematics Asset Management, abordent “l’importance pour les entreprises de mettre en place des mesures efficaces, et de réaliser les investissements nécessaires, pour garantir la sécurité des salariés dans la réalisation de leur mission”. Digitalisation, crise sanitaire… comment les acteurs de ce secteur se sont développés ces dernières années ?

Les acteurs économiques face à la crise sanitaire 

Depuis 2020, la pandémie de la Covid-19 ne laisse aucun répit aux pays du monde entier, et la France ne fait pas exception. Les commerces, les lieux culturels, les restaurants et de nombreuses autres entités économiques sont fermées. Les services de santé sont parfois au bord de la rupture. Ces acteurs économiques et sociaux ne sont pas les seuls à être profondément impactés par la pandémie. Les femmes et les hommes qui les composent sont en première ligne face au virus et ses conséquences économiques et sociales. 

Les entreprises qui n’ont pas été fermées administrativement se sont donc adaptées rapidement à la situation pour garantir à leurs salariés un environnement de travail sécurisé. L’Organisation Internationale du Travail (OIT) estime que “93% des travailleurs à travers le monde résidaient dans des pays ayant mis en place des mesures de fermeture des lieux de travail sous une forme ou une autre au début du mois de janvier 2021”. 

L’organisation du travail a été revue, parfois en profondeur pour s’adapter aux mesures de couvre-feu et de limitation des déplacements. Surtout, la crise a mis en avant la responsabilité des entreprises de s’assurer de la sécurité des salariés sur leur lieu de travail et dans la réalisation de leurs tâches : distribution de masques et de gel hydroalcoolique, télétravail et limitation du nombre de salariés présents en même temps dans les locaux sont 4 exemples marquants de cette période. 

La conséquence invisible de la crise sanitaire sur les salariés 

Si la crise sanitaire a des conséquences bien visibles dans le monde du travail, elle en a également une très pernicieuse, car bien souvent invisible : la détresse psychologique. Du jour au lendemain, les salariés ont été coupés de leurs collègues et par conséquent, de très nombreuses relations sociales. Ces changements brutaux dans l’organisation du travail ont eu des conséquences psychologiques nombreuses sur les salariés : anxiété accrue, la morosité, la faible motivation ou encore des pensées anxieuses ou dépressives.  

Cet isolement a notamment engendré beaucoup de stress : en travaillant depuis chez soi, la frontière entre vie professionnelle et personnelle s’est grandement réduite. Une étude réalisée en 2017, dans 15 pays, par Eurofound et l’OIT, a révélé que 41% des personnes travaillant à domicile se considèrent très stressées, contre 25% de celles travaillant exclusivement dans les locaux de l’entreprise. 

La digitalisation de l’économie n’est pas sans conséquence pour les salariés 

La crise sanitaire a également eu une conséquence inattendue : elle a donné un puissant coup d’accélérateur à la digitalisation du monde du travail, à l’œuvre depuis plusieurs années. Cette digitalisation possède de nombreux avantages : les robots pourront par exemple remplacer les humains pour les tâches les plus dangereuses et les tâches répétitives seront davantage automatisées pour que les humains se concentrent sur des activités à plus haute valeur ajoutée. 

Mais la digitalisation possède également des côtés négatifs : le remplacement de l’humain par la machine et son impact psychologique ; un stress croissant lié à une surveillance accrue des travailleurs rendue possible par l’omniprésence de l’enregistrement et l’analyse de performances ; une mauvaise ergonomie des environnements de travail dans le cadre du travail à distance et bien entendu les risques liés à la cybercriminalité dans un monde toujours plus connecté. 

La technologie n’est pas responsable de ces aspects négatifs ! C’est bien aux entreprises qu’échoit le rôle de protection des salariés face aux risques induits par la digitalisation. Elles vont devoir, dans les prochaines années, prendre à bras le corps ces questions et réaliser les investissements nécessaires pour accompagner les salariés dans cette transition. 

Sources : 

Les analyses et les opinions mentionnées représentent le point de vue de l’auteur référencé. Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus