Expertise 04.01.21

Pour une épargne de long terme

Jean-Christophe Brun, Product Specialist chez Natixis IM Solutions 

Enfin de l’optimisme ! Après une année de crise, les annonces des laboratoires pharmaceutiques en novembre ont changé la perspective. La promesse de prochaines campagnes de vaccination signifie que la grande majorité des secteurs va rapidement retrouver ses niveaux de valorisation habituels, à l’exclusion de l’évènementiel, du tourisme et du transport dont l’activité restera entravée encore de longs mois. Dans ce contexte, les investisseurs privés ont intérêt à délaisser les rassurants produits d’épargne sans risque (Livrets A, fonds euro…) aux rendements déprimés pour s’exposer aux actions et obligations d’entreprise.  

4 grandes familles d’expertises 

Techniquement, différentes options se présentent aux épargnants : les fonds actions, les fonds diversifiés qui mixent actions et obligations de manière flexible, les fonds structurés offrant l’opportunité de profiter de la hausse potentielle des marchés action tout en limitant la baisse ou encore les produits d’épargne immobilière, les Organismes de Placement Collectif Immobilier (OPCI). A partir de ces quatre possibilités, Natixis IM Solutions a bâti des portefeuilles modèle qui s’adaptent à l’horizon d’épargne et au profil de risque de chaque investisseur. L’objectif, pour chaque profil, est de maximiser l’exposition aux actions de l’épargnant, dans le respect bien sûr de sa sensibilité aux risques.   

L’épargne financière ne doit pas faire peur ! 

 Les épargnants souffrent d’un biais de perception envers les actions. Ils les estiment beaucoup plus risqués que la réalité. Les chiffres sont pourtant têtus : même après le choc de la Covid, à fin avril 2020, un épargnant qui aurait gardé ses actions du CAC pendant cinq ans, quelle que soit la date de son investissement depuis la création de l’indice, aurait gagné en moyenne 7 % par an. Et après ces cinq ans, cet épargnant aurait plus de 80 % de probabilité d’afficher une performance positive. En cas inverse, la perte se limiterait à environ 10 % du capital, et trois ans d’attente suffirait à revenir dans le vert. Pour ne pas se laisser piéger par les fluctuations et éviter d’acheter tous leurs titres au plus haut, les épargnants ont intérêt à investir régulièrement et… à faire preuve de patience. 

Comment bien diversifier son épargne sur le long terme ?  

En termes de thématiques, Natixis IM Solutions souligne les excellentes performances des fonds ISR en 2019 et 2020. A fin novembre, certains fonds avaient progressé de 10 %, voire 20 %, quand le CAC 40 dévissait sur l’année de 8 % et les actions européennes de 6 %. Même si, bien sûr, les performances passées n’augurent en rien des futures, ces chiffres suffisent à démontrer tout le potentiel de cette gestion. Du côté de la diversification géographique, Natixis IM Solutions, tout en gardant un ancrage européen, n’hésite pas à s’exposer aux marchés internationaux. Les actions américaines, qui traditionnellement affichent d’excellents taux de croissance, constituent ainsi un excellent fonds de portefeuille, tandis que les titres asiatiques, notamment chinois, permettent de jouer la performance. 


Propos recueillis entre le 25 et le 27 novembre 2020.

Les perspectives mentionnées sur ce site sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie de la part de Natixis Investment Managers International.

Les analyses et les opinions mentionnées représentent le point de vue de l’auteur. Elles ont été émises entre le 25 et le 27 novembre 2020 et sont susceptibles d’évoluer. Elles ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus