Expertise 08.06.21

Marchés émergents : leurs liens avec la Chine

La Chine est, sans conteste, l'économie qui a pris le plus d’avance au sein des pays en voie de développement. C’est notamment grâce à cette nouvelle puissance, véritable locomotive économique, qu’au fil des ans, le reste des marchés émergents ont leur dynamique de croissance étroitement liée. Cet article est issu de propos recueillis auprès d’Etsy Dwek.

La dépendance des pays émergents face à la Chine  

La Chine est le principal moteur de la performance des marchés émergents. Cependant, sa croissance devrait ralentir vers la fin de l’année. 

En effet, du fait de son avance dans la reprise économique et du retour progressif de niveaux de croissance pré-pandémiques par rapport aux niveaux actuels de « rebond », les responsables politiques ont décidé de retirer progressivement leurs mesures de relance. Ainsi, si la croissance du crédit ralentit, de même que le marché immobilier, la liquidité reste abondante pour l’instant.

Les responsables politiques chinois se sont méfiés des excès résultant des dépenses budgétaires massives après la crise financière de 2008-2009, ont voulu éviter  les mêmes erreurs. Le ralentissement sera donc plus tôt mais plus modéré. 

Les économies émergentes étant dépendantes de la croissance chinoise pour leurs exportations, le complexe des marchés émergents devrait prendre plus de temps pour se redresser si la croissance chinoise ralentit au moment où elles se redressent. De plus, les exportations asiatiques pourraient être affectées par la pénurie de semi-conducteurs.

Enfin, le ralentissement de la croissance chinoise représente un défi pour les pays producteurs de matières premières, la majeure partie de la demande venant de Chine. Jusqu’à ce que le reste des marchés émergents puisse se découpler de la Chine, leurs fortunes y sont liées. Outre le ralentissement potentiel de la croissance chinoise, la réouverture mondiale devrait être lente et progressive car les voyages et le tourisme ne reprendront pas pleinement tant que la vaccination n’aura pas accéléré de manière plus significative dans les pays émergents (et ailleurs), ce qui est encore loin. Les économies émergentes devraient bénéficier du soutien d’une économie américaine en plein essor et de la réouverture de l’Europe plus tard dans l’année, mais cela pourrait ne pas compenser les risques persistants.  

La croissance des marchés émergents ne devrait donc pas dépasser celle des marchés développés cette année, en particulier au vu du soutien budgétaire de l’administration Biden. Dans ce contexte et compte tenu du ralentissement de la Chine en fin d’année, les actions des marchés émergents pourraient avoir du mal à surperformer leurs homologues des marchés développés.  

Technologie et réglementation 

En termes d’investissement, la taille de la Chine dans les indices signifie que les perspectives des marchés émergents sont étroitement liées à celles de ce pays.  

Ainsi, une vue constructive de la Chine est un critère clé. Outre le ralentissement provoqué par la réduction des mesures de relance, le secteur technologique reste confronté à des obstacles liés à la réglementation chinoise. Les valeurs technologiques de la « nouvelle Chine » ayant gagné tant de pouvoir ces dernières années, les régulateurs ont décidé de limiter leur influence par le biais des règles antitrust, dont l’ampleur reste néanmoins incertaine.

En 2020, la surperformance des actions des marchés émergents a été presque entièrement emmenée par les grandes capitalisations technologiques. Compte tenu de l’incertitude persistante entourant la réglementation et la hausse des rendements, leur récente sous-performance pourrait persister, compliquant les perspectives de l’ensemble des actions émergentes. 

Propos recueillis en mai 2021 auprès d’Esty Dwek, Responsable de la stratégie de marchés chez Natixis IM Solutions. Les analyses et les opinions mentionnées ci-dessus représentent le point de vue de l’auteur. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement ni une recommandation ou une offre d’achat ou de vente de titres. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus