Expertise 26.05.20

Qui sont les particuliers qui ont investi en bourse pendant la crise du Covid-19 ?

Dans les circonstances exceptionnelles actuelles, comment les particuliers qui investissent en bourse ont-ils géré leurs portefeuilles ? Vous vous le demandiez, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a enquêté sur le sujet. Résumons.

Une nette augmentation des achats d’actions par des particuliers

Depuis quelques années, la tendance était au désinvestissement. En 2019, 115 millions d’euros étaient désinvestis par semaine en moyenne. En 2018 et 2019, ce sont seulement 1 100 000 clients particuliers qui ont acheté des actions du SBF120. C’est ce qui rend d’autant plus spectaculaires les chiffres des investissements des particuliers lors de la crise : en 6 semaines, entre le 24 février et le 3 avril, 580 000 clients particuliers ont acheté des actions du SBF120 pour un solde positif de l’ordre de 3,5 milliards d’euros. Autrement dit, les achats d’actions françaises par des particuliers ont été multipliés par 4 au mois de mars 2020, dans un volume global multiplié par 3. En moyenne, ces investisseurs ont acheté 3,5 titres différents.

S’il est trop tôt pour parler d’investissement de long terme, il est notable que 90 % des titres achetés avaient été conservés à la fin des 6 semaines de crise observées, seuls 10 % ayant fait l’objet d’allers-retours opportunistes ou de réallocation d’actifs.

Des particuliers ont profité de la crise pour se lancer

Parmi les particuliers ayant acheté des actions pendant la crise, on compte plus de 150 000 clients n’ayant effectué aucune transaction en 2018 et 2019. Ces « nouveaux » investisseurs ont donc représenté 27 % des particuliers acheteurs d’actions au mois de mars 2020. Ils ont également représenté jusqu’à 20 % des montants investis.

Ces nouveaux clients ont entre 10 et 15 ans de moins que les investisseurs habituels sur actions françaises. Ils ont investi des montants plus réduits que les investisseurs habituels : tous établissements confondus, la médiane des achats effectués par ces « nouveaux » investisseurs a été d’environ 2 500€. Si les particuliers réalisent beaucoup leurs achats en ligne, ils investissent plus lorsqu’ils sont accompagnés par une banque traditionnelle.

Sources :

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus