Expertise 07.09.21

Les GAFAM, les BATX, les NATU… comment appréhender le secteur de la tech ?

S'il existe un secteur qui a su tirer son épingle du jeu pendant la crise sanitaire, c’est bien celui de la Tech. C’est l’occasion de revenir sur les forces de ce secteur, pour mieux comprendre comment en profiter en tant qu’épargnant. Walid Azar Atallah, gérant chez Thematics Asset Management, nous explique tout !

Sur les dernières années nous avons vu l’émergence de plusieurs acronymes dans le monde des investissements, principalement dans le monde de la technologie, après les GAFAM, les BATX, nous entendons parler des NATU et autres – que pensez-vous de ces sociétés tant convoitées, et à quoi doivent-elles leur succès ?

Il est indéniable que les progrès technologiques de ces dernières années ont eu des impacts forts et rapides sur de nombreuses industries. C’est ce que nous appelons communément la disruption et ça ne s’arrête bien entendu pas aux GAFAM ou à ses équivalents chinois, les BATX. Les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) sont aujourd’hui des noms incontournables connus par tout le monde. Ces entreprises américaines ont toutes capitalisé sur les changements technologiques de deux dernières décennies, à savoir la montée en puissance d’internet, afin de devenir les leaders incontestables dans leurs domaines respectifs. La Chine aussi a ses propres champions, les BATX, Baidu, Tencent, Alibaba et Xiaomi qui ont eux aussi connu un succès quasi inégalé durant ces dernières années.  

Tous comme les GAFAM, les NATU (Netflix, Airbnb, Tesla et Uber) sont très certainement des acronymes plus que réducteurs étant donné l’existence de tant d’entreprises qui capitalisent sur le progrès technologique afin d’attirer de plus en plus d’utilisateurs et par conséquent faire croitre leurs revenus. En effet ces nouvelles sociétés ont comme catalyseur principal les changements d’habitudes de consommation, à savoir : 

  • La notion de propriété laisse place à l’usage ainsi qu’aux expériences – C’est le cas par exemple d’AirBnb ou encore de Uber.
  • La consommation devient de plus en plus sensible aux enjeux écologiques – Tesla en est un parfait exemple.
  • La flexibilité offerte par ces nouvelles sociétés est aussi un atout primordial à leur succès – Netflix a libéré les films et les séries de petits écrans ! On peut les consommer partout et sur différentes plateformes (Smartphone, Tablette, PC).

Beaucoup de sociétés et de modèles d’affaires innovants profitent de ces changements et se réinventent ! Par exemple, l’économie de l’abonnement est un modèle qui répond à la quasi-totalité de ces besoins/changements et de plus en plus d’entreprises se prêtent à ce jeu. On s’intéresse ici donc à ces entreprises qui vendent des produits et services par le biais d’un abonnement, qu’il soit hebdomadaire, mensuel, trimestriel ou même annuel, cet abonnement doit être régulier, moyennant un montant forfaitaire.  

Cette tendance touche tout autant le monde du consommateur (Netflix, Spotify) que le monde de l’entreprise (Microsoft et notamment avec ses outils de bureautique par exemple).  

Quels sont les points forts de cette économie ?  

Les sociétés se basant sur le modèle de l’abonnement ont toutes un point commun : elles ont une forte visibilité sur ses revenus futurs. La visibilité est un atout très prisé par les investisseurs car non seulement elle permet e mieux valoriser les entreprises, mais aussi elle permet à ces dernières d’être plus efficientes dans leur stratégies, facilitant les dépenses, notamment en recherche et développement, ce qui permet d’accroître leur avantage compétitif.  

Un exemple parlant est Microsoft, qui depuis sa transition d’un modèle de vente de licence pour Office (donc Excel, Power Point ou encore Work) vers une vente d’abonnement, n’a fait que croitre ses revenus que la société a judicieusement redéployé dans l’innovation. 

On peut penser à Peloton, une entreprise spécialisée dans le Fitness connecté, et qui vend des vélos d’appartement ainsi que des abonnements pour accéder à une libraire de cours en ligne. Cette société a connu un succès phénoménal sur les deux dernières années, en recueillant plus de 3M d’abonnés. Peloton a ainsi pu atteindre ses objectifs de profitabilité 4 ans plus tôt que prévu !  

Les abonnements ne relèvent pas uniquement du monde digital ! les salles de sport ont adopté ce modèle il y’a bien des années et continuent à profiter des bienfaits de ce modèle. Basic Fit, le géant du sport européen grâce à l’aspect récurrent de ses revenus a pu résister à la pandémie du COVID et compte aujourd’hui plus 2 millions de membres ainsi que plus de 940 clubs en Europe dont plus de la moitié en France.  

Comment profiter de cette tendance ? 

Les acronymes étant une perception trop réductrice du potentiel de croissance des sociétés exposées aux tendances séculaires, nous pensons qu’investir dans des entreprises dotées d’un avantage compétitif que ce soit à travers ses produits, son innovation aussi bien que de situation financière reste la meilleure façon de s’y prendre. Netflix est un parfait exemple, c’est le leader incontesté du monde du streaming avec une librairie de contenu unique qui lui a permis d’amasser un nombre record d’abonnés.  

L’idée étant d’élargir ses horizons d’investissement et de garder un profil qui offre une meilleure diversification que les quatre entreprises que constituent les NATU. Idéalement, il faudrait rester bien méthodique et essayer de trouver ces sociétés qui feront les unes de demain ! 

Il existe bien entendu des risques liés aux investissement dans des entreprises cotées, il est donc important de se documenter et de bien effectuer ses recherches avant de s’y lancer. 

Les analyses et les opinions mentionnées représentent le point de vue de l’auteur référencé. Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle. 

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus