Expertise 05.11.20

Élections américaines : des marchés plutôt optimistes

Que s’est-il passé ?

La liste des résultats potentiels se réduit mais nous n’aurons probablement pas un résultat aujourd’hui. Alors que certaines courses avaient l’air serrées ce matin, nous n’avons plus que six États qui détermineront l’issue. En ce moment, Joe Biden est en tête dans le Wisconsin et le Michigan, ce qui, si Biden tient aussi le Nevada, suffirait à le faire entrer à la Maison Blanche. Si Biden ne gagne pas les trois États, les scénarios incluent la Pennsylvanie, qui pourrait avoir besoin d’un délai jusqu’à vendredi. Nous devrions avoir des résultats pour la Caroline du Nord et la Géorgie aujourd’hui, et Trump pourrait bien remporter les deux.

Au Sénat, bien que les résultats ne soient pas encore définitifs, les républicains semblent avoir conservé suffisamment de sièges pour maintenir leur majorité. Il n’y a pas de “Vague Bleue”. 

Comme mentionné précédemment, cela suggère un Congrès divisé qui limitera le président (Biden ou Trump) dans ses politiques. Si Biden gagne, il ne pourra pas annoncer les hausses d’impôts, les dépenses d’infrastructure ni la réglementation qu’il avait à l’esprit. De plus, il devra choisir un cabinet centriste pour le faire approuver par le Sénat, ce qui serait considéré comme positif pour les marchés. 
En termes de commerce, le président dispose d’une plus grande marge de manœuvre avec les décrets exécutifs, ce qui laisse entendre que M. Biden, s’il gagne, pourrait à nouveau réduire les droits de douane avec la Chine.

En termes de relance, ce qui est le plus important à court terme, elle sera moins importante qu’avec une vague bleue, mais nous pourrions nous rapprocher du “compromis” de 1 500 milliards de dollars, ou elle pourrait être plus faible si les républicains bloquent.

Réaction des marchés

En fin de compte, si le scénario “Biden / Congrès partagé” se concrétise, les marchés devraient être satisfaits. Même chose avec un résultat “Trump / Congrès partagé”. Nous n’aurions pas le plus gros paquet fiscal, mais nous n’aurions pas non plus les hausses d’impôts et la régulation dont les marchés s’inquiètent. En outre, les relations commerciales devraient s’améliorer, ce qui soutiendra la Chine et l’Asie.

Les marchés sont globalement dans le vert maintenant et le dollar a renoncé à ses gains. Le positionnement pour la reflation est déjà sorti du marché, avec des rendements du Trésor à 10 ans qui ont baissé depuis leur pic pour atteindre ~0,76 % maintenant. Les spreads de crédit peuvent encore se resserrer dans l’espoir d’un soutien supplémentaire de la part de la Réserve fédérale, d’autant plus que les attentes en matière d’inflation peuvent rester modérées sans dépenses budgétaires massives.

La technologie est l’un des gagnants dans ce scénario, car il y a moins de risque de réglementation et les taux resteront plus bas, ce qui instaurera le statu quo d’une période qui a conduit à de bonnes performances. Les performances sectorielles vont dans cette direction jusqu’à présent, les secteurs de croissance en profitant.

Enfin, gardons à l’esprit les soutiens sous-jacents qui ne dépendent pas des élections américaines. La Réserve fédérale va probablement continuer à s’assouplir, demain ou le mois prochain, afin de stimuler les attentes en matière d’inflation. La Banque centrale européenne suivra en décembre et la Banque d’Angleterre probablement demain. Il y a beaucoup de liquidités en réserve et la croissance des bénéfices devrait continuer à se redresser. Sans les potentielles augmentations des impôts, ces perspectives devraient rester solides.

Esty Dwek,
Responsable de la Stratégie de marchés,
Natixis IM Solutions.


Avertissement et mentions légales

Les analyses et les opinions mentionnées ci-dessus représentent le point de vue de l’auteur. Elles sont émises aux dates indiquées et sont susceptibles d’évoluer. Elles ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.
Ce contenu ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite de Natixis Investment Managers International. Aucune information contenue sur ce site ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Il est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par Natixis Investment Managers International à partir de sources qu’elle estime fiables. Natixis Investment Managers International se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis.
Natixis Investment Managers International ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Document non contractuel.

L’attention des investisseurs est attirée sur les liens capitalistiques existant entre les entités composant le Groupe BPCE et Natixis Investment Managers International, susceptibles de créer des risques de conflits d’intérêts.

Natixis Investment Managers International – 43, avenue Pierre Mendès-France – CS 41432 – 75648 Paris cedex 13 France – Tél. : 01 78 40 80 00. Société anonyme au capital de 51 371 060,28 euros – 329 450 738 RCS Paris – APE 6630Z – TVA : FR 203 294 507 38. Siège social : 43, avenue Pierre Mendès France – 75013 Paris – www.im.natixis.com
BPCE – Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 157 697 890 € – RCS Paris n°493 455 042 – Siège social : 50, avenue Pierre Mendès-France – 75201 Paris Cedex 13. BPCE, intermédiaire en assurance inscrit à l’ORIAS sous le numéro : 08045100.

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus