Expertise 16.06.21

Climat : les grandes dates depuis 1974

Les prémices de la lutte contre le dérèglement climatique remontent aux années 70. Depuis, cette lutte monte en puissance, pour aujourd’hui mobiliser États, entreprises, ONG et citoyens. Revenons donc sur les grandes dates de la lutte contre le changement climatique.

1974 : Création de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE). 

  • Elle facilite de la coordination des politiques énergétiques des pays membres, 
  • Elle assure le bon approvisionnement énergétique pour soutenir la croissance économique, 
  • Elle contribue à la protection de l’environnement et à la réflexion sur les changements climatiques. 

1987 : Publication du Rapport Bruntland, rédigé par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU. 

  • Première utilisation du terme “Développement durable”, 
  • Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs”. 

1988 : Création du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). 

  • Il évalue les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine, 
  • Il tente de mesurer les conséquences possibles du changement climatique et envisage d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. 

1992 : Première Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) à Rio de Janeiro. 

  • Adoptée par 154 États ainsi que tous les États de la Communauté économique européenne (CEE), 
  • Depuis cette date, il y a une COP (Conférences des Parties) tous les ans. 

1997 : Signature du Protocole de Kyoto. 

  • 37 pays qui s’engagent sur une réduction de leurs émissions de gaz à effets de serre (GES), 
  • Objectif : atteindre une réduction globale de 5,2 % entre 2008 et 2012, 
  • Ratifié depuis par 193 pays, 
  • Il entre en vigueur en 2005. 

2000 : Création du CDP (anciennement Carbon Disclosure Project). 

  • Elle détient la base de données mondiale la plus importante sur la performance environnementale des villes et des entreprises, 
  • Elle encourage les investisseurs, les entreprises et les villes à prendre des mesures afin de construire une économie réellement durable, 
  • Depuis 2003, elle effectue une campagne annuelle pour recueillir des informations sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) des entreprises. 

2007 : Le GIEC reçoit le Prix Nobel de la Paix, aux côtés d’Al Gore. 

2009 : COP 15 à Copenhague, signature de l’Accord de Copenhague. 

  • Objectif : contenir l’augmentation de la température sous les 2°C, 
  • Les pays riches se sont engagés à allouer 100 milliards de dollars entre 2020 et 2100 aux pays en développement. 

2011 : COP 17 à Durban, lancement de la Plateforme de Durban.  

  • Objectif : préparer un accord post-2020 incluant tous les pays et ayant force légale pour le maintien de la trajectoire 1,5-2°C maximum de hausse de la température. 

2015 : COP 21 à Paris, signature des Accords de Paris par 184 pays, avec 3 objectifs majeurs : 

  • Maintien de l’augmentation de la température mondiale nettement au-dessous de 2°C d’ici à 2100 et objectif de limitation à 1,5°C, 
  • Renforcement de la capacité des pays à faire face aux impacts du changement climatique et à être résilient, 
  • Rendre les flux financiers compatibles avec les objectifs climatiques et mobiliser 100 milliards de dollars annuels de financement climat Nord-Sud d’ici 2020. 

2019 : Adoption du projet de Green Deal par le Conseil Européen. 

  • Objectif : atteindre la neutralité carbone en Europe en 2050, 
  • Promouvoir l’utilisation efficace des ressources en passant à une économie propre et circulaire, 
  • Restaurer la biodiversité et réduire la pollution. 

2020 : Adoption par le Parlement européen de la taxonomie verte. 

  • Elle définit un seuil d’émissions de CO2 en-deçà duquel une entreprise sera considérée comme “verte”, 
  • Seules les activités émettant moins de 100g de CO2 par kWh entrent dans le cadre de la taxonomie verte, 
  • Les secteurs liés aux combustibles fossiles solides (charbon, gaz) et le nucléaire sont exclus. 

Sources : 

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de (des) l’auteur (s) référencé(s). Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle. 

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus