Actualité 24.05.21

Les Rendez-vous de l’Épargne – Les placements des Français en 2021

Impacts de la crise sanitaire, phénomène d’épargne de précaution renforcée … Retour sur le bilan des économistes du Groupe BPCE concernant l'épargne des ménages en 2020 et leurs prévisions pour l'année 2021.

Le maintien de la prégnance de l’épargne de précaution  

Du fait de la crainte d’une remontée du chômage, les économistes observent, conjoncturellement, en février et mars 2021, une sensibilité très vive pour l’épargne des ménages en France. Ces comportements et l’activité économique en général demeurent entièrement guidés par l’incertitude sanitaire et les mesures de restrictions à la mobilité auxquelles nous devons faire face aujourd’hui.

En 2020, les deux périodes de confinement de mars et novembre derniers, ont conduit à un effondrement de l’économie réelle à hauteur de 8,2 % ainsi qu’à une impressionnante hausse de l’épargne (21,3 %), équivalent à une augmentation de l’épargne de l’ordre de 110 milliards d’euros par rapport aux années précédentes. 

Cette sur-épargne s’est orientée essentiellement vers des placements financiers mesurés en termes de flux net d’argent placé, hors intérêts capitalisés et hors plus-values boursières. Ainsi, en 2020, ces derniers ont atteint environ 150 milliards d’euros, soit un surcroît de placement de près de 100 milliards d’euros par rapport à la moyenne observée en 2018-2019. 

Les Français ont cependant favorisé la liquidité et la sécurité de leurs épargnes, au détriment de l’assurance vie (- 6,5 Md€), et au profit des dépôts à vue (73,9 Md€) et des livrets (61,3 Md€). Les titres, ont connu quant à eux, du fait de l’arrivée d’épargnants opportunistes après le krach de mars, des flux positifs en contraste avec les retraits nets importants des années précédentes.  

Ces arbitrages s’expliquent facilement par le contexte des taux d’intérêt anormalement bas et la volonté de conserver un volant ultra-important d’épargne de précaution, notamment dû à la difficulté des ménages à se projeter dans l’avenir face à l’absence de normalisation de la situation sanitaire et économique. 

Depuis le début de l’année 2021, on constate un ralentissement de la sur-épargne notamment en février, tendant vers un montant de 5 Md€ par mois (soit 60 Md€ sur l’année), mais avec une plus grande prégnance des livrets et un net redressement de l’assurance-vie, aux dépens des dépôts à vue. 

Un recul modéré des placements financiers en 2021  

Pour l’année à venir, on devrait assister à un recul modéré des placements financiers, qui s’accentuerait surtout au second semestre à mesure que les incertitudes sanitaires se lèveront.  

Pouvoir d’achat en hausse modérée, maintien d’un endettement immobilier toujours élevé bien qu’en ralentissement, montée inexorable du chômage seraient les ingrédients principaux de ces placements pour motifs de précaution renforcée, en l’absence d’une franche amélioration de la confiance : 126 Md€ contre 150 Md€ en 2020, soit des excédents toujours records en comparaison d’une année 2019 à 71 Md€ qui était déjà exceptionnelle.  

L’anticipation erronée en 2021 de payer davantage d’impôts, la propension à consommer plus faible des 20 % de personnes aisées, responsables de 70 % de la sur-épargne, mais aussi l’anticipation d’une inflation un peu plus forte, limiteraient la baisse du taux d’épargne et celle des placements financiers, en ligne avec la relative inertie du comportement d’épargne des ménages après un choc. Les arbitrages seraient guidés par l’attentisme, la recherche de sécurité et de disponibilité, mais aussi le maintien relatif d’une forme d’opportunisme sur les actions.  

La prévision pour 2021 décrit alors un début de déplacement des arbitrages des dépôts à vue (58 Md€) au profit des livrets (56,9 Md€), voire de l’assurance-vie, dont la levée redeviendrait positive (7,7 Md€). Quant aux titres, leur collecte resterait très favorable à près de 10 Md€, en retrait cependant par rapport à la vague du printemps dernier.  

Source : https://groupebpce.com/etudes-economiques/les-rendez-vous-de-l-epargne-epargne-et-placements  

Les analyses et les opinions mentionnées représentent le point de vue de l’auteur référencé. Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus