Actualité 30.10.20

Les 3 actualités macroéconomiques de la semaine

20 milliards d’aides supplémentaires pour les entreprises françaises 

Quoi qu’il en coûte.” Face à l’annonce d’un nouveau confinement, le gouvernement a annoncé, ce jeudi 28 octobre, qu’une nouvelle enveloppe de 20 milliards d’euros allait être débloquée afin de renforcer les dispositifs d’aides aux entreprises affectées par la crise sanitaire. Cette somme vient s’ajouter aux 64 milliards d’euros déjà investis par l’État dans les mesures de soutien aux entreprises. 

Ainsi, au nom du fonds de solidarité renforcé, toutes entreprises fermées administrativement, comme les bars, les restaurants ou les cinémas, pourront recevoir une aide pouvant aller jusqu’à 10 000 euros. Pour les autres secteurs touchés par la crise, qui ont l’autorisation de rester ouverts, le chômage partiel continuera d’être pris en charge à 84 % par l’État.  

Par ailleurs, le Premier ministre Jean Castex promet un “renforcement des mesures de soutien aux personnes les plus en souffrance : les jeunes, les indépendants, les travailleurs dits de seconde ligne et les publics fragiles”. De nouvelles mesures pourraient donc être annoncées dans les prochains jours. 

France : quel impact aurait le confinement de novembre pour l’activité économique ?  

Le 28 octobre, Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement pour la société française tout au long du mois de novembre. S’il connait des différences avec celui du printemps dernier comme le maintien de l’ouverture des écoles ou sa durée, on peut tout de même faire une estimation de son impact au regard des pertes observés au second trimestre.  

Ainsi, afin d’établir ses projections économiques, l’INSEE a pris, pour référence, les chiffres du PIB des deux premiers trimestres soient -5,9 % et -13,8 %. En partant de ces connaissances et en s’accordant à de multiples projections pour le dernier trimestre, l’INSEE estime donc que l’acquis de croissance demeurera négatif pour 2021 et que le recul du PIB pour 2020 sera de l’ordre de -10,8 %. 

Une autre hypothèse pourrait être de caler la croissance tendancielle de l’économie sur sa performance d’avant 2020, soit 1,45 % par an. Dans ce scénario de référence, ce ne sera donc qu’en 2026/2027 qu’on pourra considérer un retour au niveau actuel du PIB.  

Ainsi, le gouvernement devra alors prendre toutes les mesures nécessaires afin de lutter contre le délitement de la situation sociale face à la crise sanitaire que nous traversons. Pour Philippe Waechter, directeur de la Recherche Économique chez Ostrum Asset Management, “la convergence vers l’équilibre budgétaire sera long et la BCE va encore être largement et durablement mise à contribution”. 

Allemagne : le taux de chômage recule, à 6,2 %  

Le marché du travail allemand n’est pas encore affecté par la seconde vague du Covid-19 : l’Allemagne a vu son taux de chômage reculer de 0,1 %, pour atteindre 6,2 % en octobre. Cela représente une baisse de 35 000 chômeurs. En un mois, le nombre de chômeurs outre-Rhin a donc bel et bien diminué pour atteindre aujourd’hui, les 2,76 millions. 

Mais face à la résurgence de la crise sanitaire et économique dont le monde est victime, la zone euro se voit contrainte de prendre de nouvelles mesures drastiques. Ainsi, en Allemagne, les secteurs tels que les bars, restaurants ou les espaces culturels et sportifs seront fermés pour le mois de novembre, ce qui constitue un frein à la reprise économique allemande et un risque d’augmentation future du taux de chômage. 

L’Allemagne, première puissance économique européenne, fera bientôt connaître une estimation de l’évolution de son produit intérieur brut. Le gouvernement, qui espère un net rebond après la chute de 9,7 % au trimestre dernier, reste néanmoins inquiet de l’entrée en vigueur de ces nouvelles restrictions, qui sont autant de barrières pour l’activité économique des prochains mois. 

Sources : 

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de (des) l’auteur (s) référencé(s). Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle. 

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus