Actualité 28.08.20

Les 3 actualités macroéconomiques de la semaine

Un plan de relance dédié au secteur de la culture

Invité par la matinale de France Inter mercredi 26 août, le Premier Ministre Jean Castex a dévoilé des détails supplémentaires sur les conditions sanitaires et économiques de la rentrée. Après avoir évoqué le retour dans les établissements scolaires et en entreprise, Jean Castex a annoncé que le secteur culturel bénéficiera d’un budget dédié intégré au plan de relance

Le domaine de la culture, durement touché par le virus, se verra attribuer 2 milliards d’euros compris dans le plan de relance de 100 milliards d’euros. Cette enveloppe s’ajoutera au chômage partiel, et à l’exonération des charges. Ce budget inclut tout le domaine culturel : secteur vivant, cinéma, patrimoine, médias, mais certains ont été plus touchés par la crise que d’autres, ce que reconnaît le Ministre. C’est le cas notamment du spectacle vivant, à l’arrêt depuis le début du confinement, et des acteurs privés, qui eux, ne bénéficient pas de l’amortissement lié aux subventions nationales. Jean Castex et Roselyne Bachelot rencontrent actuellement les membres du secteur dans le but d’établir un plan de relance pertinent et efficace.

De son côté, Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture, affirme son soutien au domaine culturel et a relayé sur Twitter les annonces du Chef du Gouvernement. En plus des aides économiques, le Premier Ministre a annoncé que le port du masque serait “systématique” dans les cinémas et les théâtres, mais la distanciation physique supprimée, et d’ajouter : “Oui, je dis aux Françaises et aux Français, allez au cinéma, allez au théâtre, vous ne risquez rien”. Le détail de ces nouvelles mesures sera dévoilé dans les jours à venir, après la rencontre entre Roselyne Bachelot, Jean Castex et les acteurs culturels.

Le taux de chômage en baisse au mois de juillet

Malgré un taux de chômage qui reste élevé, le nombre de chômeurs en France baisse pour la première fois depuis le mois de mars. Cette évolution s’applique surtout aux demandeurs d’emploi de catégorie A, en recherche d’emploi, tandis que le nombre de personnes appartenant aux catégories B et C, qui connaissent une activité réduite, augmente.

Le mois de juillet est le troisième mois consécutif qui connaît une telle évolution. En mai, le nombre de demandeurs d’emploi a baissé de 149 900 et de 204 700 en juin. Le mois dernier, le taux de chômage a ainsi baissé de – 4,1%, soit 174 300 chômeurs de catégorie A en moins. En conséquence, les catégories B et C ont vu une hausse de demandeurs d’emploi ce dernier mois. Malgré cette évolution positive, le nombre de chômeurs de catégorie A reste très élevé (4,047 millions de personnes, soit 560 000 demandeurs d’emploi de plus qu’au mois de février). Ces chiffres s’expliquent par un retour progressif de ces personnes vers une activité réduite, ce qui les transfère donc en catégorie B ou C.

Au total, le taux de chômage a baissé de -0,7 % en juillet, pour la première fois depuis le mois de mars. Néanmoins, malgré des chiffres positifs, le nombre de chômeurs en France reste anormalement élevé en raison de la crise sanitaire et économique. A l’heure actuelle, plus de 6 millions de Français (6,112 millions) sont en recherche d’emploi.

De nouvelles aides pour les PME

Alors que les PME se relèvent avec difficulté de la crise, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, a évoqué de nouvelles aides pour les accompagner dans leur relance. Dans un entretien au journal Les Echos, Bruno le Maire a développé deux nouvelles solutions de sortie de crise destinées aux PME.

La première annonce est liée au Prêt Garanti par L’Etat. En effet, la durée du PGE est d’un an, cependant, ce délai risque d’être difficile à respecter pour la majorité des entreprises y ayant recours. Bruno Le Maire explique : “Beaucoup ne seront pas en mesure de rembourser leur PGE au bout d’un an (…) et demanderont donc à étendre la durée de remboursement”. En réponse à cette difficulté, le Ministre a annoncé que les banques accepteraient de prolonger ce prêt au-delà d’un an pour les PME, avec un taux le plus bas possible (compris entre 1% et 3%).

En plus de cette aide, Bruno Le Maire a annoncé la mise en place de prêts “participatifs”, des prêts à très long terme, qui reprennent le système existant. En effet, les prêts dits “participatifs” sont déjà en place, et sont à mi-chemin entre les emprunts classiques et l’investissement direct dans les fonds propres des entreprises. Ces prêts courront sur sept ans, ce qui permet aux petites et moyennes entreprises de se développer de façon pérenne. Bruno Le Maire précise : “L’Etat apportera sa garantie jusqu’à 3 milliards d’euros, ce qui permettra aux entreprises de lever 10 à 15 milliards d’euros de prêts à long terme”.

Ces aides s’ajouteront aux mesures déjà mises en place pour soutenir l’activité des PME. Les entreprises devront encore attendre la présentation du plan de relance au Conseil des Ministres pour connaître les détails et les modalités de ces aides.

Sources :

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de (des) l’auteur (s) référencé(s). Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus