Actualité 27.08.21

Les 3 actualités macroéconomiques de la semaine

60 000 chômeurs de moins en France au mois de juillet  

Une nouvelle bonne nouvelle concernant le marché de l’emploi en France ! Selon les chiffres publiés par le ministère du Travail, “le nombre de chômeurs sans aucune activité, rangés dans la catégorie A, a baissé de 60 100 en juillet, pour descendre juste en dessous de 3,6 millions”. Juillet est donc le troisième mois consécutif de recul du chômage, après mai (- 134 000) et juin (- 73 300). Sur les trois mois, ce ne sont pas moins de 267 000 personnes qui sont sorties du chômage. Deux facteurs expliquent cette nouvelle baisse : premièrement, l’activité économique reprend et avec elle, les embauches. De plus, de nombreuses personnes sont “entrées en formation” et sortent donc de la catégorie A.  

La catégorie A n’est pas la seule à bénéficier de cette embellie sur le front de l’emploi. La catégorie B, “qui rassemble les chômeurs inscrits à Pôle emploi ayant travaillé moins de 78 heures dans le mois”, a perdu 6 000 personnes. La catégorie C, qui rassemble les chômeurs inscrits à Pôle emploi ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois, a au contraire gagné 26 600 personnes. Au total en juillet, la baisse des catégories A, B et C s’élève à 40 000 personnes. Les Echos apportent une touche de nuance au tableau : “juillet a été marqué par une hausse très forte des entrées de chômeurs dans la catégorie D, de plus de 51.000 précisément, dans laquelle sont versés ceux qui entrent en formation notamment, sans que l’on ne sache à ce stade dans quelle situation ils se trouvaient en juin”. 

Le gouvernement maintient ses prévisions : 6 % de croissance en 2021  

L’économie se porte bien”. C’est avec cette phrase que Bruno Le Maire, ministre de l’Économie a assuré que la consommation avait été dynamique ces dernières semaines, malgré l’instauration du passe sanitaire au début du mois d’août. Selon les chiffres extraits des factures des cartes bleues, le volume d’achats en France a augmenté de 15 % sur les 15 premiers jours du mois d’août, par rapport à la même période en 2019, avant le début de la pandémie de Covid-19. Concernant les restaurants, et toujours par comparaison à 2019, “les factures de carte bleue ont augmenté de 5 % entre le 9 et le 15 août dans les restaurants”. Certains secteurs arrivent même à surperformer : zoo, parcs d’attraction, aquariums (+ 24 %) et clubs sportifs (+ 38 %) notamment. En revanche, le cinéma accuse une forte baisse sur la deuxième semaine d’août : – 49 % par rapport à 2019. 

Ces chiffres globalement positifs permettent au ministre de confirmer que l’objectif du gouvernement est bien de renouer “avec le niveau d’activité d’avant crise dès la fin de l’année et non plus début 2022”. Il a également rappelé que l’objectif de croissance de 6 % en 2021 était maintenu. Ces chiffres ne sont pas les seules sources de satisfaction pour Bercy. Selon le cabinet IHS Markit, “l’indice Flash composite de l’activité globale a atteint 55,9 points, après 56,6 points le mois dernier”. La tendance est “très positive”, selon Joe Hayes, économiste chez IHS Markit, et les données disponibles “laissent espérer une nouvelle hausse trimestrielle solide du PIB français”. 

L’indice du climat des affaires atteint 110 points en août 

Bien qu’il demeure à un niveau très important, l’indice du climat des affaires a légèrement reculé au mois d’août selon les chiffres publiés par l’Insee, confirmant ainsi une baisse entamée au mois de juillet. “Le tassement est lié à une nouvelle détérioration de l’indicateur dans le commerce de détail et à une inflexion dans les services. Dans ces deux secteurs, l’indice reste tout de même à un niveau élevé”, tient à souligner l’Institut national des statistiques. L’indice, calculé à partir des opinions des chefs d’entreprise sur leur activité, “se situait en août à 110, toujours au-dessus de sa moyenne de longue période qui est de 100, et de son niveau d’avant la crise du Covid-19 qui était de 106. En juillet, l’indicateur était à 113, déjà en légère baisse par rapport au mois de juin, où il était à son niveau le plus haut depuis mi-2007” explique Le Figaro

Dans le détail, l’indice recule de 3 points dans le secteur des services : les chefs d’entreprises du secteur de l’hôtellerie-restauration sont moins optimistes qu’en juillet en raison de l’instauration du passe sanitaire. Dans le commerce de détail, le repli est mesuré à 5 points. Dans le secteur de l’industrie, l’indice progresse d’un point, tandis qu’il se stabilise dans le secteur de l’emploi, à 108 points, bien au-dessus de sa moyenne de long terme (100 points). 

Sources : 

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de (des) l’auteur (s) référencé(s). Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle. 

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus