Actualité 26.03.21

Les 3 actualités macroéconomiques de la semaine

 – 22 % de ventes dans le secteur de l’habillement en février  

Le secteur de l’habillement attendait cette période avec impatience : les soldes d’hiver ! Malheureusement, elles n’ont pas suffi à redresser les ventes dans ce secteur durement éprouvé par la crise sanitaire et 3 mois de fermeture administrative. Il semble que les mesures mises en place depuis le début de l’année 2021 aient découragé les Français de faire du shopping. L’évolution négative de l’épidémie en France a également joué un rôle majeur. Ces deux éléments expliquent le mauvais chiffre des ventes sur les deux premiers mois de l’année : – 22 % “selon le baromètre réalisé par Retail Int pour l’Alliance du commerce, qui représente les commerces d’habillement, de chaussures et de centre-ville”. 

Les deux mesures de restriction sanitaire qui ont le plus pesé dans la balance sont le couvre-feu généralisé à 18h ainsi que la fermeture au 31 janvier de “25 000 points de vente dans les commerces et centres commerciaux de plus de 20 000m²”. Selon Stéphanie Verrimst, déléguée générale de l’Union du commerce du Pays de Rennes, ces mesures ont “cassé la dynamique” de la fin 2020. L’Alliance du commerce ajoute qu’il y a probablement un changement plus profond dans les comportements des consommateurs : “l’achat plaisir et d’impulsion fait désormais place à un achat de plus en plus planifié par le client”. 

Malgré ces fermetures, certains commerces ont réussi à tirer leur épingle du jeu : ceux qui ont pu rester ouverts ont enregistré une hausse de 27,6 % de leur activité en février par rapport à février 2020, selon l’Alliance du commerce. “Ce report de consommation a bénéficié principalement aux commerces situés en centre-ville (+ 30 %) ainsi qu’à ceux implantés dans les zones d’activité commerciale ou les retail park situés en périphérie des villes (+ 26,8 %)”, explique cette dernière. 

L’indice du climat des affaires en hausse de 7 points en mars  

Les chefs d’entreprise français vont-ils mieux ? C’est ce qui semble ressortir de la dernière mise à jour de l’indice du climat des affaires partagé par l’Insee. Ce dernier a augmenté de 7 points en mars, et atteint désormais 97 points, à seulement 3 points de sa moyenne de long terme. Il s’agit d’ailleurs de son plus haut niveau depuis le début de la crise sanitaire. “Dans les services, le climat des affaires a progressé de 6 points et dans le commerce de détail, il s’est apprécié de 5 points par rapport à février” note l’Insee. 

Cette enquête de l’Insee souffre néanmoins d’une faiblesse majeure : réalisée entre le 26 février et le 22 mars 2021, elle n’intègre pratiquement pas les nouvelles annonces du 18 mars et donc les nouvelles mesures de restriction sanitaires mises en place dans 16 départements, “notamment la fermeture des commerces non-essentiels”. Et même si seulement 2 % des entreprises françaises font l’objet d’une fermeture administrative, il est probable que ces mesures auront des conséquences économiques au deuxième trimestre. 

L’Insee ne veut cependant pas faire de conclusion hâtive pour 2021. Jean-Luc Tavernier, le directeur général de l’Insee explique ainsi : “aujourd’hui, faire de la conjoncture, c’est encore très largement se poser des questions sur l’évolution de la situation sanitaire et sur les conséquences des restrictions sur la mobilité et donc l’activité”. D’ailleurs, depuis le début de la crise, “le niveau d’activité est très fortement corrélé à la mobilité des personnes” notent Les Echos

France : l’indice PMI en hausse, à 49,5 points 

Si les commerces ont souffert depuis le début de l’année, l’industrie se porte de mieux en mieux, et pas uniquement en France : l’indice PMI dans l’industrie se situe à son plus haut depuis la fin 2017. En France, 800 entreprises ont été interrogées ente les 12 et 23 mars pour calculer l’indice : il est de 49,5 points en mars, contre 47 en février, ce qui est “plutôt de bon augure pour la croissance des prochains trimestres” selon Les Echos

Si l’amélioration est timide dans les services, elle est bien plus marquée dans l’industrie : “l’indice PMI de l’industrie manufacturière a grimpé à 58,8 points en mars”, un plus haut depuis mars 2017, entraîné par une forte augmentation des ventes à l’export. Il faut dire que les économies de plusieurs pays d’Asie, notamment la Chine ont déjà redémarré. En Allemagne, cet optimisme est encore plus flagrant : “les industriels n’ont jamais été aussi positifs sur leur activité future depuis 1996” notent Les Echos ! 

Certains économistes se demandent tout de même si cet emballement n’est pas précipité : ils notent que la pandémie n’est “pas maîtrisée” en Allemagne, quand d’autres expliquent que l’extension des mesures restrictives dans de nombreux pays européens va retarder le rebond de l’activité économique jusqu’au second semestre 2021. La dernière ombre au tableau est la hausse du prix des matières premières, qui entraîne mécaniquement une hausse des coûts pour les entreprises, réduisant in fine leurs marges bénéficiaires. 

Sources : 

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de (des) l’auteur (s) référencé(s). Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus