Actualité 11.12.20

Les 3 actualités macroéconomiques de la semaine

France : hausse de l’emploi salarié de 1,6 % au troisième trimestre  

Mardi, l’Insee a publié ses chiffres concernant l’emploi au troisième trimestre. Ils sont très positifs, puisque plus de 400 000 créations nettes d’emplois ont été enregistrées (soit un rebond de 1,6 %). Dans le détail, 312 400 créations d’emplois concernent le secteur privé (+ 1,6 %), et 88 700 le secteur public (+1,5 %). L’intérim a joué un rôle très important dans cette hausse : 131 600 créations de postes sont en intérim (+ 22,8 %), soit plus de 25 % des créations enregistrées sur la période. Cette hausse fait suite à un recul extrêmement fort de l’emploi en intérim au premier trimestre (- 40,4 %). Au final, l’intérim reste “inférieur de 10,3 % au niveau qui était le sien un an plus tôt”.  

Si on soustrait les chiffres de l’intérim, l’emploi a tout de même progressé de 1,1 % au troisième trimestre. Mais tous les secteurs ne sont pas dans le vert. Dans l’industrie, les chiffres de l’emploi sont en léger repli (- 0,2 %), alors qu’ils sont en progrès dans la construction (+1,3 %). “Sans surprise” selon Les Echos, c’est dans l’hébergement-restauration que la hausse est la plus forte : + 5,2 %, soit 53 100 emplois nets en plus.  

Malgré ces chiffres réjouissants, le journal Les Echos invite à la prudence : “ce rebond, intervenu après les destructions massives de postes lors du premier choc de la pandémie, a sans doute été arrêté dans son élan avec la mise en œuvre du reconfinement”. 

Chine : la croissance attendue entre 2 et 2,5 % en 2020  

Parmi les pays du G20, seule la Chine ne devrait pas enregistrer de récession en 2020. Le pays semble bel et bien entré dans une phase “post-épidémique” alors que le reste du monde n’arrive pas à se défaire du Covid-19. La croissance chinoise, déjà positive au troisième trimestre (+ 4,9 %), devrait continuer sur sa lancée au quatrième trimestre (+ 5 % attendus). Sur l’ensemble de l’année 2020, la croissance de l’Empire du Milieu serait comprise entre 2 et 2,5 %. Et si ces chiffres sont nettement inférieurs à ceux des années précédentes, ils seront les seuls positifs de l’ensemble du G20. Les prévisions pour 2021 sont encore plus impressionnantes : la croissance pourrait atteindre jusqu’à 9 % : un “vrai feu d’artifice” selon Le Monde. 

Les économistes qui ont étudié la reprise économique chinoise ont été surpris, car ce ne sont pas les consommateurs chinois qui participent le plus à la reprise, mais les autres pays du monde, notamment occidentaux : les exportations ont considérablement augmenté : + 21,1 % par rapport à novembre 2019, quand les spécialistes attendaient + 12 %. Et cela se ressent dans la balance commerciale de Pékin : elle progresse de 102,9 % sur un an, et atteint désormais 75,42 milliards de dollars. 

La BCE ajoute 500 milliards à son plan d’urgence 

Le troisième trimestre a été très bon pour la zone euro : la croissance était affichée à 12,5 %. Mais les nombreux reconfinements instaurés depuis novembre pourraient ralentir la croissance de la zone : un recul de 2,2 % est attendu au dernier trimestre. Les économistes de la zone euro revoient même leurs estimations de croissance pour 2021 à la baisse : 3,9 % contre 5 % initialement attendus. 

Afin de prévenir dès à présent un repli de l’économie, le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne a pris la décision de renforcer le programme de rachats d’actifs d’urgence lié à la pandémie (PEPP) de 500 milliards d’euros. Il se porte désormais à 1 850 milliards. Le PEPP est également étendu dans le temps : les rachats de dette pourront se poursuivre jusqu’en mars 2022, soit une extension de 9 mois. Cela représente 3,3 milliards d’euros de rachats d’obligations par jour. 

L’autre levier sur lequel la BCE va continuer de jouer est le mécanisme de soutien au crédit bancaire (TLTRO) : en maintenant des taux négatifs, la banque compte “pousser les établissements à prêter aux ménages et aux entreprises” afin de stimuler la croissance. La BCE compte ainsi dissiper “certaines tensions constatées sur les conditions d’octroi de crédits par les banques” selon Le Figaro. Enfin, la BCE encourage l’ensemble des gouvernements à poursuivre leurs politiques de soutien budgétaire. 

Sources : 

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de (des) l’auteur (s) référencé(s). Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle. 

Partager l'article

Autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies et autres traceurs qui nous permettent de mesurer l’audience du site.

Vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces Cookies en cliquant ici.

OK En savoir plus